Bio

bio_noufissa_kabbou_1

Noufissa Kabbou, auteure, chant

Noufissa Kabbou écrit des textes poétiques et engagés qui sont des chroniques, parlent d’amour, de quête de liberté ou de droits bafoués. Introspectifs, biographiques ou descriptifs, ils prennent racine dans la poésie, la musique et la vie quotidienne de son pays d’origine. Originaire d’une famille de bédouins du sud-est du Sahara marocain, Noufissa chante depuis toujours, bercée par les chansons sahraouies jouées en famille, elle s’imprègne de musique berbère du Moyen Atlas où elle a passé une grande partie de son adolescence, mais aussi par celles de Oum Kalthoum, de Marcel Khalifa, Fayrouz ou Ismahane. Arrivée en France en l’an 2000, elle fait la rencontre du guitariste Emmanuel Simula. Autodidacte passionné de musiques blanches (pop, rock, musiques actuelles) et noires (Afrique-Amériques et Caraïbes), il évolue alors dans des formations de musique du monde et de chanson française. Les chansons de Noufissa Kabbou abolissent les frontières culturelles et créent des passerelles entre des styles musicaux qui peuvent paraître très éloignés. Ces ressemblances ou filiations donnent naissance à une expression musicale originale, surprenante et familière.

bio_emmanuel_simula_

Emmanuel Simula, compositeur, guitare et chœurs

Guitariste depuis l’adolescence, Emmanuel Simula commence l’étude de la guitare rock et jazz à Perugia, en Italie et poursuit l’étude de l’improvisation en compagnie de Jean-Christophe Kaufmann à Strasbourg où il rencontre le chanteur Abdeljalil Kodssi (Nass Marrakech) et le percussionniste algérien Abdel Hadi Belkheir (Nadjma). Il s’initie alors aux rythmes nord-africains et à la musique gnawa. Passionné par cette musique à mi-chemin entre Afrique noire et blanche, il cherche à mêler gnawa, reggae, dub et blues. En 2003, il part à Tanger avec un groupe de rappeurs strasbourgeois pour une résidence et un échange musical avec le groupe Daar gnawa, du maalem Abdallah El Gourd. En 2004, changement de cap, il intègre Erden Chouia, la formation de chanson française de Emmanuel Vaille (textes, chant, accordéon) et participe aux arrangements et à l’enre­gis­trement d’un album tinté de swing et de jazz manouche. S’en suivent une série de concerts, mais la formation se dissout en 2008, au milieu de l’élaboration d’un deuxième album. Qu’à cela ne tienne, Emmanuel Vaille et Emmanuel Simula décident de créer Madras Café avec Raji Parisot, chant carnatique, Jacob Oumabady, mridangam et tabla, Pierre Isenmann (Les Célestins), trompette, qui mêle la musique du sud de l’Inde au jazz, au slam et à la musique électronique. En parallèle, les deux acolytes continuent à écrire des chansons et fondent Respiro, dont la musique est à mi-chemin entre acoustique et électronique. Depuis 2010, il compose et arrange des chansons au sein du duo. En 2014, il fonde le trio avec Noufissa Kabbou et Abdelhadi Belkheir. Il joue comme guitariste dans Crossroads (auteur Julien Lang) pour la musique du film Angel-A (Luc Besson, 2005, 90’). En 2007, il participe à une résidence avec Rodolphe Burger et James Blood Ulmer. Il signe la musique du documentaire Naro, la sentinelle des mémoires (Serge Fretto, 2008, 54’).

  • Discographie : Qu’importe la danse que la vie tinte, Erden Chouia (2004)
  • Site : www.io-respiro.com

 

 

p1100658

Jean Noël Rohé, basse, contrebasse

Jean Noël prend des cours de guitare de basse avec Jean-Philippe Froidefond en 1995.Il participe à plusieurs performances expérimentales, notamment à l’atelier de musique avec le musicien Jean-Claude Ohmeyer.En 1994, il fonde le groupe de Funk/Rock, CFC avec le guitariste Matthias Froide.Jean-Noël accompagne le chanteur Alsacien Jean-Marc Otter, et a enregistré avec lui un disque présenté au festival« Babel ».En 1999-2001, Il fait des études de Lutherie et de facteur de guitares classiques, Basse électrique et contrebasse en Angleterre, au Newark and Sherwood Collège. En parallèle, il joue dans une formation de jazz/rock.En 2012, il intègre la formation du groupe strasbourgeois de chanson française «Bobinche » initié par l’auteur compositeur interprète Arnaud Bodo. Le groupe s’est produit dans des festivals tels que « le Printemps des Bretelles », « Sarre à Contes », «Pisteurs d’étoiles ».En 2016, il intègre la formation de Noufissa Kabbou et participe à l’enregistrement du single « Ya Taïr », sortie en 2017.

Artistes partenaires

simon-pomarat

Simon Pomarat, percussions

Percussionniste incontournable ayant joué avec des artistes tels que Bireli Lagrène, Steve Pots, Marcel Loeffler, Dino Mehrstein et aussi le Pierre Moerlen’s Gong, il apporte son énergie et sa créativité, avec sensualité et humour. Un set de percus mêlant cajon, congas, bongos, derbouka, cymbales, triangles, caisse-claire, accessoires du monde entier et percussions digitales.Il a une formation classique  au CNR de Strasbourg – Formation contemporaine – Etudes des compositeurs du XXéme siècle (Varèse, Igor Stravinsky, Kagel, Stockhausen, Xenakis, P.Boulez, F.Zappa, Pierre Henri…). Musicien d’orchestre au Philharmonique de Strasbourg, ainsi qu’à l’Opéra.  Il est Co-fondateur avec Jean Batigne du groupe à percussions La Macumba.A son actif, une discographie impressionnante avec : Macumba Percussions, Biréli Lagrène, Gong Pierre Moerlen’s, Meret Becker, Marcel Loeffler, Dino Merstein, VSP Orkestra, Roger Siffer, Jean-Marie Koltès, Erden Chouia, Benoit Moerlen, Michel Reverdy…Il compose pour des musiques de scène pour le théâtre – Musiques de scène pour l’enfance – Musiques pour la danse – Musiques pour films d’animation.Nombreuses tournées nationales et internationales, festivals pour la musique et le théâtre (Antibes-Juan les Pins, Nancy Jazz Pulsations, Centre Pompidou, Avignon…) –

pierre_isenmann

Pierre Isenmann, trompette

Pierre est un musicien de jazz. Il joue au sein du groupe Les Célestins. Le groupe obtient le Premier Prix au Festival international de jazz de New Orléans en 1987.
Discographie : 2 33 t ainsi que 2 CDs live.
Les Célestins